Recherche personnalisée
Partagez:
 

Se loger n’est pas toujours une chose simple

D’après un sondage IFOP publié récemment, un certain nombre de Français estime avoir été victimes de discrimination au moment

de la recherche d’un logement.

Cette étude est une donnée prise en compte par Le Défenseur des droits qui peut être saisi lorsqu’une personne pense subir une discrimination.

Lorsque l’on parle de discrimination, on pense souvent à des problèmes de nationalité ou d’ethnie.

Le sondage montre que la discrimination au niveau de l’obtention d’un logement est basée essentiellement au niveau des revenus des futurs locataires.

Ce sondage a été réalisé sur un échantillon de 1000 personnes âgées de 18 ans ou plus sur la France entière. Un autre échantillon de 502 personnes a été sondé. Ces dernières sont âgées de 18 ans et plus, mais habitent des zones urbaines sensibles (ZUS). Pour chaque panel, la représentativité a été respectée en termes de qualification professionnelle, de sexe et de l’âge.

Ce sondage a été réalisé en octobre dernier par le biais de questions posées aux deux panels.

La première question posée correspond à la discrimination que le chercheur d’appartement a pu ressentir. Avec les résultats obtenus par cette question, on constate que ce soit sur la France entière ou dans les zones dites ZUS, la population interrogée estime que la discrimination est fréquente. Les sondeurs ont obtenu cette réponse dans 82 % des cas pour le premier panel et 70 % pour le deuxième panel. Ainsi, on constate que pour certaines catégories de personnes, le principal motif de discrimination est le fait d’avoir des revenus irréguliers.

Les personnes pensant être victimes de discrimination ne peuvent pas saisir Le Défenseur des droits si elles pensent que la ségrégation dont elles sont sujettes concerne leurs ressources financières.

Sur les 10 dernières années, 27 % des personnes interrogées estiment avoir fait l’objet de discrimination lors de la recherche d’un logement. Les raisons sont dans la plupart des cas, les ressources financières des candidats au logement. Concernant les origines des futurs locataires, cette discrimination est une des raisons évoquées par le panel des habitants de ZUS.

Un autre facteur de ségrégation est la structure familiale. Cette information est très importante dans les ZUS, car elle a un effet aggravant lorsque vous êtes en plus une personne issue de l’immigration.

Le sondage montre ce ressenti dans le deuxième panel.

On trouve également dans les critères discriminants, l’âge du candidat au logement.

Lorsque l’on interroge l’ensemble des panels, on constate que les personnes interrogées pensent un jour être victimes d’une discrimination lors de la recherche d’un logement.

D’après cette étude, on peut déterminer le profil des bailleurs ayant un comportement discriminatoire. Ainsi, on constate que la ségrégation au niveau des candidats au logement est plus importante chez les propriétaires individuels de logements destinés à la location. Cependant, dans les faits, il est établi que les propriétaires particuliers sont moins discriminatoires que les agences immobilières surtout dans les zones urbaines sensibles. Effectivement, que ce soient les agences immobilières ou des organismes de gestion des logements sociaux, on constate que leurs critères d’affectation de logements sont très rigoureux et discriminatoires par le fait.

 
Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



 
2020 © Lionandcat Technologies. Tous droits réservés.