Recherche personnalisée
Partagez:
 

L’insomnie

Ce trouble du sommeil est caractérisé par un manque de sommeil ou par une mauvaise qualité du sommeil. L’insomnie concerne

environ plus de 20 % de la population. Elle peut être de façon ponctuelle ou chronique.
L’insomnie peut-être due à des phénomènes physiques moteurs qui apparaissent pendant le sommeil. Dans ce cas, on parle de parasomnies. D’autres insomnies peuvent être d’origine médicale psychiatrique.

Effectivement, une personne sur quatre insomniaques présente des signes de dépression.
Des études montrent que 90 % des personnes déprimées souffrent de troubles du sommeil.
Pour ces personnes, l’insomnie se caractérise par un sommeil interrompu plusieurs fois au cours de la nuit. Elles se réveillent tôt avec la sensation de sommeil encore présente. Cependant, ces dernières ne souffrent d’aucun problème d’endormissement. La dépression agit essentiellement sur la diminution du sommeil lent profond et du sommeil paradoxal.

La dépression n’est pas la seule cause de l’insomnie. Effectivement, des études ont montré que l’anxiété était aussi une des causes du trouble du sommeil. Cette anxiété peut-être de différentes natures, soit associée à un traumatisme, à une phobie ou à toute autre anxiété généralisée. Dans ce cas, les personnes anxieuses sont toujours en éveil. Elles ont des difficultés à s’endormir. Elles se réveillent régulièrement.

Les origines de l’insomnie sont diverses et variées. Pour généraliser, on parle d’insomnie lorsque la durée de sommeil n’est pas suffisante. Ainsi, on parlera d’une personne insomniaque si la personne a des difficultés à s’endormir, si elle souffre d’éveils nocturnes fréquents et si elle se réveille de très bonne heure le matin. On peut détecter une insomnie pas uniquement avec les caractéristiques du sommeil d’une personne, mais avec son comportement au long de la journée. Effectivement si une personne est régulièrement fatiguée dans la journée ou souffre de somnolence cela implique que son sommeil n’a pas été récupérateur.
Effectivement, un insomniaque aura un comportement irritable voire même des difficultés à se concentrer.
Comme il est difficile de détecter chez une personne si elle souffre d’insomnie, il faut être prudent sur les traitements à envisager.
Pour établir un diagnostique précis, on mettra en place un agenda du sommeil. Ce dernier permettra de noter avec précision le nombre d’heures de sommeil ainsi que les délais d’endormissement. Seront également mises en avant les heures des réveils ainsi que leur durée. En ayant plusieurs jours cette vision du cycle de sommeil, les spécialistes pourront agir sur l’insomnie du sujet.
Avec l’actimétrie, les spécialistes auront une vision précise et intéressante sur une insomnie chronique. Effectivement grâce à cette technique, on enregistre les mouvements du bras sur une période de 24 heures ainsi que le rythme activité repos et le rythme veille sommeil.
Grâce à l’enregistrement polygraphie que du sommeil pendant la nuit on peut mettre en évidence les causes du trouble du sommeil. Cette technique est particulièrement utilisée pour mettre en avant des troubles du cycle de sommeil.

Des études récentes canadiennes ont mis en évidence que l’insomnie pourrait être un chez certains sujets à leur peur du noir. On pourrait assimiler cette hypothèse à l’anxiété.

 

 
Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



 
2019 © Lionandcat Technologies. Tous droits réservés.