Recherche personnalisée
Partagez:
 

Des traitements amaigrissants désapprouvés par l’Agence du médicament française

À l’heure où les magazines vantent les produits amaigrissants pour perdre les quelques kilos pris dans l’hiver, l’ex-Afssaps a étudié

l’ensemble des produits proposés dans les pharmacies.
Après une étude menée entre 2006 et 2007, l’Agence du médicament est intervenue pour interdire une trentaine de substances dont elle a constaté une utilisation détournée dans les préparations de ces produits.

Tous les vecteurs de communication informent les Français sur les risques du surpoids et de l’obésité sur leur santé.
Les produits mis en vente pour aider les personnes sujettes à l’embonpoint à combattre ce dernier ont révélé pour certains, soit un tiers, que leur composition reposait sur des substances qui sont utilisées hors de leur contexte d’autorisation sanitaire. De plus, certaines de ces substances font l’objet d’un suivi de pharmacovigilance, ce qui montre le caractère important de ces dernières. On trouve ainsi dans ces substances, des diurétiques et des antidépresseurs. De plus, les produits utilisant ces substances n’ont pas démontré leur efficacité à ce jour.

De ce fait, certaines préparations contenant les 3 plantes et 26 substances utilisées de façon détournée seront interdites à la commercialisation en tant que produit d’amaigrissement.
Certaines des substances montrées du doigt peuvent avoir des effets indésirables sur certains sujets traités.

Les végétaux interdits sont au nombre de 3. On trouve le fruit vert de Citrus aurantium, Garcinia cambodgia et les préparations à base de la plante Hoodia gordonii. Les substances que l’on trouve dans la liste des produits proscrits dans les traitements amaigrissants sont les suivantes : clenbutérol (anabolisant à usage vétérinaire), clonazépam (benzodiazépine), exénatide (antidiabétique), liraglutide (antidiabétique), méprobamate (anxiolytique), synéphrine (issu du fruit vert de Citrus aurantium) et orlistat. On trouve également dans les produits interdits dans la composition de remèdes contre la surcharge pondérale : Clorazépate dipotassique (benzodiazépine), diazépam (benzodiazépine), fluoxétine (antidépresseur), furosémide (diurétique), hydrochlorothiazide (diurétique), imipramine (antidépresseur), metformine (antidiabétique), méthylphénidate (psychoanaleptique), paroxétine (antidépresseur), spironolactone (diurétique), topiramate (antiépileptique), Almitrine (stimulant respiratoire), bupropion (antidépresseur), chlordiazépoxide (benzodiazépine), duloxétine (antidépresseur), naltrexone (antagoniste des opiacés), pirfénidone (immunosuppresseur), roflumilast (anti-inflammatoire des voies respiratoires) ou venlafaxine (antidépresseur).

Avec cette interdiction, l’Agence des médicaments met également en évidence que la perte de poids n’est pas un acte anodin. La prise de ces remèdes amaigrissants nécessite une surveillance médicale. De plus, votre médecin doit s’assurer que le traitement que vous souhaitez prendre ne contient aucune substance qui pourrait vous être néfaste.
Effectivement, la perte de poids ne s’effectue pas de la même manière d’un sujet à l’autre.
Ce processus est individuel tant par les causes de la surcharge pondérale que par la méthode à mettre en place pour réussir la perte de poids.

Il sera donc intéressant si vous souhaitez prendre un traitement amaigrissant de contrôler la composition de ce dernier afin de vous assurer de l’absence de ces substances devenues illicites pour ces remèdes. Si vous avez un doute sur un traitement de ce type que vous prenez, vous pouvez consulter votre pharmacien et/ou votre médecin.

Ces décisions de police sanitaire prises en date du 12 avril 2012 seront effectives à la date de parution au Journal Officiel.

 
Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



 
2020 © Lionandcat Technologies. Tous droits réservés.