Recherche personnalisée
Partagez:
 

Le cancer de la peau

Le rapport publié après une étude nous indique que le nombre de cancers de la peau est en d’augmentation chez les

jeunes patients.
De nouveau montrées du doigt, les cabines de bronzage sont au centre de ce document.
Ces informations viennent d’une étude américaine parue en mars 2012.  Elle met en garde les moins de 40 ans sur la hausse de cancer de la peau pour sa population.

Effectivement, les moins de 40 ans ont plus recours au bronzage artificiel que leurs aînés.
Cette recrudescence des cancers de la peau est totalement présente chez les sujets de 20 à 30 ans.
Si le risque d’apparition d’un mélanome est plus grand chez les hommes que chez les femmes au cours de leur vie, cette étude montre que l’apparition de cette anomalie est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes pour la population âgée de moins de 40 ans.
Ainsi, les habitudes prises par les jeunes femmes d’utiliser les lampes à bronzer sont en partie responsables de cette augmentation du cancer de la peau.
Cette étude montre que les personnes ayant recours fréquemment aux lampes à bronzer ont 74 % plus de risques de développer un mélanome. Pourtant, de nombreuses informations circulent sur les dangers de ces salons de bronzage.
Les jeunes hommes sont relativement épargnés, car ils ne pratiquent pas aussi régulièrement ses cabines de bronzage.

Si cette étude est américaine, la France est très attentive à ces résultats. Effectivement, les pouvoirs publics suivent attentivement les risques sanitaires liés à la pratique du bronzage par ultraviolet artificiel. Effectivement, notre pays est en avance par rapport à d’autres états concernant la réglementation de cette pratique de bronzage artificiel. Ainsi, une réglementation a vu le jour dès 1997 qui impose aux établissements proposant le bronzage artificiel, la présence d’un personnel qualifié, mais également d’informer précisément les utilisateurs des risques liés à ce type d’exposition.
Pas plus tard que le 11 octobre 2011, un projet de loi adoptée par l’Assemblée nationale à renforcé la protection ainsi que la sécurité des consommateurs des centres de bronzage.
De nombreux médecins déconseillent l’utilisation des cabinets à UV. Ils indiquent également qu’il est important de limiter l’exposition dans ses cabines à 10 séances. Ce nombreux de séances est vraiment un nombre maximum à deux pas dépassé. De plus, la loi demande aux établissements de vérifier que leurs clients ne sont pas malades et qu’ils ne prennent pas des médicaments photo sensibilisants. Effectivement, certains antibiotiques, diurétiques, anti-inflammatoires ou des crèmes peuvent aggraver les effets de l’exposition aux UV artificiels.

Certains représentants de l’Assemblée nationale attirent l’attention des pouvoirs publics et du gouvernement, sur le fait, d’un pourcentage d’établissement dont les cabines de bronzage ne répondent pas à la réglementation.

Si esthétiquement il est agréable d’avoir une peau hâlée, il faut être conscient que la pratique du bronzage artificiel est nocive pour la santé au même titre que l’exposition aux UV naturels. Effectivement, depuis quelques années via les différents médias, les pouvoirs publics ont attiré l’attention sur les dangers du soleil sur notre peau et donc sur notre santé. Est-ce que ces derniers ne devront pas utiliser le même vecteur d’informations pour sensibiliser la population de moins de 40 ans sur les risques de mélanome après des expositions répétées aux UV artificiels ?

 
Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



 
2020 © Lionandcat Technologies. Tous droits réservés.