Recherche personnalisée
Partagez:
 

Les allergies et les pollens

En cette période de printemps, le problème d’allergie à certains pollens redevient d’actualité. Mais qu’est-ce qu’une allergie ?

En France, on compte que 20 % de la population souffrent d’allergie dite respiratoire.
Certaines de ces pathologies sont causées par des facteurs environnementaux intérieurs. Effectivement, certains sujets réagissent aux allergènes contenus dans l’air du domicile. C’est le cas des acariens, des moisissures et des poils des animaux domestiques par exemple.
D’autres sujets seront sensibles à des facteurs environnementaux externes par exemple les pollens contenus dans l’air.
Il existe également un troisième type de facteur dit de pollution atmosphérique. Dans ce cas, le sujet allergique réagit à la combinaison de trois éléments qui sont la pollution, les pollens et l’allergie. Effectivement, la pollution peut modifier la structure moléculaire d’un pollen et de ce fait le rendre allergène. De plus, la pollution peut augmenter la sensibilité allergène des individus.

L’allergie liée au pollen est fréquente au printemps. Effectivement, à cette époque, l’air est constitué de beaucoup de pollens qui peuvent être irritants. La pollinose est le nom donné à cette irritation.
Elle se manifeste sous la forme de rhinites allergiques saisonnières. Ces dernières se manifestent par des éternuements, un rhume accompagné de démangeaisons et de ce fait un nez bouché.
Si la manifestation de cette irritation se porte sur les yeux, dans ce cas, on parle de conjonctivites allergiques saisonnières. Les sujets atteints de cette pathologie ont les yeux rouges avec une sensation de picotement. Ils ont la sensation d’avoir un corps étranger au niveau de l’œil.
Pour ces deux manifestations, on parle de pollens classiques qui sont donc arrêtés par les muqueuses nasales ou au niveau de l’œil. Il existe également des pollens dit « petits pollens » qui peuvent passer les barrières de protection nasales et buccales et atteindre les bronches.
Ces derniers sont souvent les facteurs de crise d’asthme. Dans ce cas, le sujet a des difficultés à respirer. Un examen médical mettra en évidence un sifflement bronchique. Ces crises sont souvent accompagnées de toux nocturnes difficiles à calmer.
Les facteurs climatiques ont un rôle à jouer dans la sensibilité des sujets aux différents pollens. Effectivement, en cas de vent, l’irritation par pollen est plus importante. A contrario, en temps de pluie ces derniers sont moins agressifs.

Après des études, l’augmentation de ce type d’énergie a doublé sur les 10 dernières années.
Il est donc important de contrôler la qualité de l’air. Effectivement, si le nombre de cas a augmenté, on s’interroge sur le rôle de la pollution dans cette augmentation.

Il est important de rappeler que tous les pollens ne sont pas irritants. Effectivement, pour que le pollen soit nuisible chez les sujets sensibles, il faut que ce dernier soit en très grande quantité dans l’air et qu’il soit de petite taille. Effectivement, plus la taille des grains de pollen est petite, plus ce dernier peut être transporté par l’air. Ainsi des pollens présents en zone rurale peuvent être véhiculés dans des zones urbaines. Les pollens irritants sont des pollens ayant un pouvoir allergisant.

 
Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



 
2020 © Lionandcat Technologies. Tous droits réservés.